26 août 2006

Dans la cours des grands

De nature plutôt perdue et lunatique, j'étais arrivée tôt à l'école, question d'avoir le temps de trouver le local. Une heure pour trouver ma classe, pour me retrouver dans cette immense bâtisse complètement inconnue, ça devait être assez, right? Non. J'ai quand même réussi à me perdre, à tourner en rond, à demander des indications 3 fois et à ne pas arriver à les suivre et à finalement arriver en retard à mon premier cours de ma première journée de ma première session de ma première année de Cégep.

C'était un cours d'anglais. J'avais bien réussi les examens de classement et j'avais été placée dans un cours d'anglais très fort. Quand le prof nous a demandé, en guise d'introduction, d'expliquer comment nous avions appris l'anglais, les réponses des autres me faisaient me sentir pas du tout à ma place. Il y en avait qui avaient fréquenté une école anglaise, d'autres qui avaient vécu en Ontario, d'autres qui venaient de famille anglophone... et il y avait Hom. Hom, ce grand blond, assis dans la rangée d'en avant, les cheveux en brosse, qui avait dit avoir appris l'anglais en regardant les cartoons le samedi matin.* Et moi qui m'étais dit "wow! Méchant geek!" dans ma tête. J'ai répondu que j'avais appris l'anglais à l'école, en lisant des livres et en regardant la télé.

J'avais 17 ans, je sortais du secondaire, j'étais un peu bum, un peu bohème. Je fumais, je buvais, je faisais le party et j'étais timide. Je ne m'intégrais pas vraiment à la gang de la technique. Je préférais lire, seule, assise dans les marches en fumant une clope. J'étais bien, car j'étais enfin libre. Je commençais le Cégep qui pour moi représentait l'entrée dans la vie adulte. Mes parents cesseraient de me traiter en bébé maintenant. J'aurais un emploi, j'aurais des amis qui conduisent, qui ont 18 ans, qui habitent en appartement. Je serais dans la cours des grands.

Je me souviens de cette journée comme si c'était hier. Je me rappelle comment j'étais habillée, comment je me sentais. Je me souviens des corridors, des escaliers, de l'ambiance. J'étais à la fois intimidée et à ma place. Je commençais une nouvelle vie, de nouvelles amitiés, de nouvelles compétences.

Ça fait 12 ans aujourd'hui, déjà. Ça donne un coup de vieux (vieille?) d'y penser. Douze ans que je suis dans la cours des grands... et pourtant, je ne me trouve pas grande du tout... je suis encore à la fois intimidée et à ma place.


*Si vous lui demandez, il vous dira que j'ai mal compris et qu'il a répondu "by watching Night Court", mais ce n'est pas crédible, puisque je me souviens très bien du "on Saturday mornings" à la fin de sa phrase. À quel poste ça jouait, Night Court, le samedi matin déjà??

5 commentaires:

  1. Que de souvenirs... Moi, ça fait 11 ans. Mon 1er cours était un cours de diction avec Mme Achard. Enfin, la vraie vie, l'appartement et les responsabilités qui venaient avec.
    Vraiment un moment charnière dans mon existence. Merci de m'y avoir fait replonger aujourd'hui :-)

    RépondreEffacer
  2. Oh.. oui.. la première journée de Cégep.. aussi marquant pour moi que le secondaire, pour des raisons différentes.........

    Et.. je ferai le test à Hom.. hihi :P200301171104

    RépondreEffacer
  3. Ouf les souvenirs que tu me redonnes.... Moi ça fait 6 ans aujourd'hui, et mon premier cours était aussi l'anglais SAUF QUE j'avais tellement peur d'avoir de la difficulté en anglais que j'avais fais exprès pour ''butcher'' mes examens de pré-rentrée et arrivé dans la classe, la prof m'a dit que je fitais pas dans le décor que je devais aller dans la classe bilingue... Ça avait marché mon affaire lol

    RépondreEffacer
  4. Ça fait 11 ans pour moi :) Quand c'est le temps de la rentrée ici j'ai toujours une petite nostalgie... J'ai vu des jeunes au cégep hier et j'étais toute fébrile (c'était la rentrée ici hier...) J'ai adoré mes 3 ans de cégep !!!

    RépondreEffacer
  5. Moi ça fait 8 ans et il me semble que c'était hier...ouf que le temps à changé depuis...

    Mais même si ces moments de rentrées scolaires n'étaient pas toujours faciles, c'était quand même de beaux moments.

    Toute fébrile à l'idée de rencontrer de nouvelles personnes, mais surtout de "spoter" les beaux garçons, hihihi.

    Nous étions jeunes et avions l'avenir devant nous!!

    RépondreEffacer